Si vous ne le saviez pas encore,
ma plus grande passion c’est la collection de contes,
de préférence du monde entier.
Moi qui aime voyager je n’ai pas trouvé mieux pour découvrir
tout le folklore et la culture d’un pays au moindre coût.

Je vous proposerais donc de temps en temps
quelques contes que j’ai  soigneusement sélectionnés rien que pour vous.
Dites moi si ça vous plais, j’essayerai d’en publier de temps en temps !

Pour commencer voici un conte Arménien sur la genèse du monde
et sur la création de l’homme.

La création de l’homme et de l’univers

Au commencement dieu créa les cieux et la terre.
La terre était informe et vide ; seules les ténèbres l’emplissaient.
Dieu créa alors les étoiles pour éclairer la terre et il s’interrogea :
Combien d’années allais-il les faire vivre dans l’immensité du ciel ?

Après avoir réfléchi, Dieu inscrivit sur son grand registre :
« Etoiles : des millions d’années »

Puis il créa les mers, les océans, les fleuves et sur son registre il mit :
« mers : des millions d’années »

Ensuite il créa la verdure, les arbres et les fruits.
« Arbres : des décennies, voir des siècles… »

Enfin, quand tout fût prêt pour accueillir l’homme,
but ultime de la création,
Dieu fit les êtres vivants : les animaux, les humains.

Mais combiens d’années allais t’il leur octroyer ?

Dans le grand registre des comptes, Dieu marqua :
« êtres vivants : trente ans »

C'est-à-dire, indifféremment, trente années à chacun.
Trente années à l’homme, au lion, à l’âne…

Tirant fierté d’avoir été créé à l’image de dieu,
conscient d’avoir une âme et une intelligence supérieure à celle des
animaux, l’homme contesta et se rebella :
pourquoi n’avait t’il droit qu’à tentes années comme les autres ?

Il alla plaider sa cause auprès des autres animaux de chaque espèce,
tentant de les convaincre de son injustice que Dieu lui faisait.

Mais l plupart des autres animaux ne se laissèrent pas émouvoir par
les préoccupations personnelles de l’homme.
Pourtant, celui ci fit tant de tapage que certains animaux se résignèrent.
Pour avoir la paix, à se montrer conciliant. :

-Frère humain, dit l’âne trente années de vie c’est trop pour moi.
Si tu veux , à l’insu du créateur, je t’en offre la moitié,
ainsi tu atteindra quarante-cinq ans.

Le chien fit de même, et le singe offrit également la moitié de sa vie à l’homme.

Dieu entendit tout ceci et sourit dans sa barbe,
il se promit de jouer un tour à cet être orgueilleux qui voudrais
assaisonner les règles de la création à son profit.

Dieu corrigea donc les données de son grand livre,
réduisit de moitié la durée de vie des animaux qui avaient fait preuve
d’esprit de sacrifice, puis les inscrivit au profit de l’homme.
Mais Dieu, omit, volontairement ou non, d’apporter les quelques
petites modifications indispensables à la bonne transmission
des animaux à l’homme.

Voila pourquoi, pendant les trente premières années de sa vie,
celles que le créateur lui a octroyées, l’homme vit comme un homme.

Durant les quinze suivantes, il doit travailler comme un âne
pour faire vivre les siens.
Puis pendant les quinze autres années,
en butte aux difficultés de l’existence, il mène une vie de chien.

Au-delà, dans son âge avancé, il devient le jouet des malveillants
et des moqueurs qui le tournent en dérision et s’en amusent
comme d’un singe.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là !

Enhardit par la rébellion de l’homme, l’âne s’étais mis en tête que,
n’étant pas plus bête qu’un autre, il avait lui aussi le droit de
présenter ses réclamations à dieu :

- ô créateur de toute chose j’ai une plainte à déposer.
Je sais que tout ce que tu fais est bien fait mais pourquoi n’as-tu pas
permis que je me reproduise plus rapidement ?
Il faut un an à ma femelle pour mettre bas à un seul ânon alors que
la chienne ou la chatte ont plusieurs petits à la fois,
en quelques semaines seulement.
Il me semble qu’il manquera quelque chose à l’harmonie du monde
si ma descendance n’est pas nombreuse.

Dieu réfléchis un moment puis répondit :

Je t’accorde la réalisation de ton vœu.
Toutefois, je ne puis plus changer les règles initiales de la création.
Les ânes à quatre pattes augmenteront donc,
en nombre, au rythme prévu initialement.
En revanche, je te promets que d’un bout de la terre à l’autre,
tes semblables à deux pattes se multiplieront à l’infini et peupleront
la planète à profusion jusqu’à la fin des temps.

Es-tu content ? demanda Dieu.

L’âne ne comprenais pas vraiment la différence que Dieu faisait
entre les ânes à quatre pattes et ceux à deux pattes,
mais du moment que les ânes peupleraient la planète,
il ne pouvait qu’être content.

Voila sans doute, pourquoi les ânes sont si nombreux parmi les hommes…

aug0107